Un enfant: un don de Dieu pour la famille Message de l’Archevêque de Kigali à la fête de « Noël des enfants »

 

De coutume, quelques jours avant la célébration proprement dite de la fête de Noël du 25 décembre, l’Archidiocèse de Kigali organise une rencontre festive appelée « Noël des enfants ».

Ce jeudi, le 22 décembre 2022, plus de 6000 enfants se sont ressemblés à l’Eglise paroissiale Regina Pacis /Remera pour la célébration de cette fête, « Noël des enfants ». Son Eminence Antoine Cardinal Kambanda préside la messe, entouré des prêtres-aumôniers de la commission des enfants de chaque paroisse de l’Archidiocèse.

Dans son homélie, à la lumière des lectures du jour (I Sam 1,24-38 ; Lc 1,46-56), son Eminence a défini la fête de Noël comme une fête de joie. Cela est visible même à travers les décorations extérieures. Le monde entier est en fête. Chaque enfant né est source de joie, source de joie dans la famille qui accueille l’enfant. Un enfant est une nouvelle vie qui vient dans la famille. Un enfant est un don de Dieu pour la famille. Dieu est le maître de la vie. La naissance d’un enfant dans une famille est un moment de joie et une occasion de rendre grâce à Dieu, qui donne la vie. Si chaque enfant est la source de joie, combien la naissance de l’enfant Jésus, Fils de Dieu, le Verbe de Dieu, apportera-t-il la joie profonde sur la terre ? Il est la source de joie au Ciel et sur la Terre. Le jour de la naissance de Jésus, le ciel s’est ouvert, les anges chantaient la gloire de Dieu : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre paix aux hommes objets de sa complaisance » (Lc 2,14). C’est la joie de Noël que nous célébrons.

Avant la naissance Jésus, d’autres enfants sont nés avec une mission particulière dans l’histoire du salut. C’est le cas de Samuel que nous avons entendu dans la première lecture. La mère de Samuel a été stérile pendant beaucoup d’années. À la naissance de Samuel, sa famille a retrouvé la joie et comme promis, l’enfant a été consacré à Dieu. Chaque enfant vient au monde avec une mission à accomplir. Ainsi, son Eminence demande aux enfants de prier chaque jour et d’écouter les conseils des parents, pour savoir le plan de Dieu sur leur vie. Même les enfants qui ne sont pas encore nés, participent à la joie et aux souffrances de la famille. Son Eminence demande aux enfants de ne pas offenser leurs mamans quand elles sont enceintes, car cela affecte aussi l’enfant qu’elles portent. L’éducation de l’enfant commence même avant sa naissance. Jésus qui n’est pas encore né, apporte la joie et la bénédiction dans la maison de Zacharie. C’est la même joie que nous avons dans l’entente de l’enfant Jésus qui va naître.

Dans la joie de l’enfant qu’elle porte, Marie exulte de joie et loue Dieu dans le Magnificat : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais, tous les âges me diront bienheureuse » (Luc (1:46-55). Avec Marie, nous louons Dieu dans la joie de l’entente de l’enfant Jésus.

 

Noël est la fête des enfants. Dans sa vie terrestre, Jésus a passé dans toutes les étapes de la vie : la conception, la naissance, l’enfance, la jeunesse, etc. Chacun se retrouve à une étape de la vie de Jésus. Jésus aime les enfants. Cet amour doit être réciproque dans la prière et dans les actes de charité envers le prochain dans le besoin, en faisant les œuvres de miséricorde, en priant pour les enfants en difficultés, en visitant les malades, en visitant les grands parents, en pardonnant aux autres leurs offenses. Cela vous permettra d’être des amis de l’enfant Jésus.

 

Abbé Phocas BANAMWANA

Chancelier de l’Archidiocèse de Kigali

banamwanaphocas@gmail.com

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *